AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -20%
Manette Xbox Series X sans fil Carbon Black à ...
Voir le deal
47.99 €

 

 Babylone : dernier bastion de l'humanité

Aller en bas 
AuteurMessage
La Machine
Admin
La Machine



Babylone : dernier bastion de l'humanité Empty
MessageSujet: Babylone : dernier bastion de l'humanité   Babylone : dernier bastion de l'humanité EmptyMar 21 Juin - 0:08

Babylone : dernier bastion de l'humanité Contex10


Personne ne sait comment et encore moins pourquoi : il y a 300 ans déjà, le Cataclysme balaya l'intégralité de la civilisation humaine en un instant. Voilà trois cents ans que les habitants de Babylone ont tout fait pour trouver une réponse différente - en vain : ils sont les derniers hommes sur Terre et Babylone trône au milieu des cendres de la race humaine, majestueuse peut-être, impérieuse certainement, monstrueuse, comme un ultime affront fait à la planète, aux éléments, au Cataclysme, quoi qu'il soit, qui qu'il fut.

Le Cataclysme ne se contenta pas de réclamer le monde aux hommes : il leur en condamna les portes en créant la Brume, barrière naturelle recouvrant le monde au-delà de Babylone. Nul n'en connaît vraiment les effets et plus personne ne s'en soucie : nous sommes bien protégés et c'est bien suffisant. La science le dit, l'Église du Progrès le dit. Tout le monde dit que la cité survivra ; que l'Homme survivra.

La cité, l'état, la nation, la race humaine : quel est le sens de ces mots, lorsqu'il n'en reste rien de plus que des ruines ? Des morceaux : Babylone, la Tour, est tout cela à la fois - tout peut y être cité ou état selon les groupes, les guildes, les clubs, les influences, les communautés qui la peuple. La monstrueuse gigapole est bâtie sur 15 plateformes - dont le Zéro en surface - plus ou moins autonomes, chacune de l'ampleur d'une ville, construites au-dessus comme en-dessous, interconnectées par des ascenseurs géants et un trafic aérien aussi dense qu'en surface, les airs saturés par un balai incessant de lumières virevoltantes, un essaim de navettes qui pullulent et bourdonnent, de jour comme de nuit. Voilà le but ultime de l'Homme d'aujourd'hui : la ville ne meurt jamais. Ces nouvelles constellations ont remplacé les étoiles dans le ciel, cachées par les plateformes, leur éclat dérobé par les halos des néons, des phares, des hologrammes, tandis que l'activité humaine se concentre autour des puits solaires géants, trous béants perforant les plateformes pour offrir des bouts de ciel à ceux d'en bas ; mais pas en-dessous du Zéro, ces niveaux souterrains où des panneaux artificiels recréent l'illusion d'un ciel d'autrefois. Même pour ceux qui vivent sur l'Eden, au sommet de la Tour, le cosmos se voile sous l'effet de phénomènes météorologiques devenus incompréhensibles ; par le bouleversement du temps ou par l'ignorance grandissante des hommes sur le sujet. Qui a le temps de regarder vers les nuages ? Il n'y a guère que l'énergie solaire à y prélever. Babylone est le monde.

Le savoir se perd, le papier a brûlé, les données, évaporées, et on s'est rendus compte de tout ce qu'on ne savait pas, de tout ce qu'on ne savait plus et que même la parole ne sait plus transmettre. Et puis il y a des sujets graves, des vrais : la Tour avant tout. La Tour et les hommes, quand même. Un peu. Il faut bien les faire vivre pour les faire travailler, et si tout le monde ne travaillait pas, personne ne vivrait. Il faut de l'énergie, beaucoup d'énergie, assez pour se croire en vie : pas le temps pour les cieux lorsque tout ce dont on a besoin se trouve sous terre. Le Pilier, structure monolithique colossale érigée en plein cœur de la Tour, transperce les anneaux de part en part, s'enfonçant dans les profondeurs pour y extraire l'énergie thermique que le monstre aspirera pour prolonger son existence démesurée. Dans les entrailles des derniers niveaux souterrains, des réseaux tentaculaires vont trouver les matériaux et minéraux nécessaires à la survie de Babylone.

Le reste - tout ce que la terre ne peut donner - Babylone l'offre sous formes de rêves : vains espoirs d'élévation et douces chimères artificielles, chimiques ou holographiques circulant sur le Réseau qui connecte tout et le monde à travers les écrans - pour divertir l'esprit, tromper l'ennui, même du citoyen le plus démuni dans la grande machine inépuisable, implacable, inextricable. Elle berce l'Homme de son impitoyable et incessant grondement, comme les battements du cœur d'une nouvelle civilisation, d'un temps nouveau.

Mais quelle y est la place de l'humain ? Quelle y sera votre Destin ?

Bienvenue à Babylone.


________________________________________________________________________________________
Spécificités


- La Tour : un des surnoms de Babylone pour ses habitants.


- Plateformes/niveaux : 15 au total, en comptant sept niveaux supérieurs dont l'Eden (le sommet), sept niveaux souterrains, et le Zéro à la surface. Les plateformes sont elles-mêmes divisées en secteurs. Chaque plateforme à sa propre administration, même si elles sont toutes sous l'autorité de la Trinité.


- Puits solaires : d'immenses trous béants constellant les plateformes selon le même schéma, les uns au-dessus des autres, de sorte à laisser passer la lumière du soleil depuis l'Eden jusqu'au Zéro. Dans les faits, certains secteurs demeurent plongés dans l'ombre de la plateforme directement supérieure. Des parcs de panneaux solaires sont installés sur le pourtour des puits solaires.

Babylone : dernier bastion de l'humanité Puitss10


- Ciel artificiel : dans les niveaux souterrains, les puits solaires sont remplacés par des panneaux lumineux et holographiques permettant, dans les quelques zones où ils sont installés, de simuler un ciel lumineux.


- Méduses : automates construits à partir de matériaux et d'alliages extrêmement légers, flottant au moyen de poches de gaz et d'un module anti-gravité basique, les méduses passent le jour fixées à diverses structures grâce à leurs tentacules, programmées pour s'exposer au soleil de sorte à en absorber l'énergie solaire, indispensable à leur bon fonctionnement. La nuit, les méduses s'élèvent dans les airs, se déployant dans les zones prévues pour produire, grâce à l'énergie solaire accumulée, de la lumière. Leurs tentacules tournoient comme autant d'hélices presque silencieuses pour produire de l'énergie cinétique et soulager leur consommation d'énergie jusqu'au retour du soleil.

Babylone : dernier bastion de l'humanité Selanc11


- Le Pilier : structure monolithique centrale gigantesque, le pilier extrait l'énergie thermique dans les entrailles de la Terre pour la distribuer à tout Babylone. Sur chaque niveau, la zone autour du pilier est lourdement aménagée et industrialisée.

Babylone : dernier bastion de l'humanité Pilier10


- Grands ascenseurs : larges navettes câblées dans des colonnes de métal et de verre permettant aux babyloniens de transiter d'une plateforme à une autre. Dans la course à la survie, les ascenseurs et les plateformes ont été construites par différents groupes et chaque station a donc ses propres mesures de contrôle et de régulation, à l'instar du réseau de transports.


- Le Réseau : suite au Cataclysme, le Réseau a été déployé dans l'intégralité de Babylone pour rétablir les communications et l'accès à l'information. Le Réseau sous-tend aussi bien les communications entre combinés et terminaux qu'il héberge tous les sites existants, y compris les systèmes d'administration. Il est géré et régulé par l'Église du Progrès mais son fonctionnement demeure un des secrets les mieux gardés de la Tour.


- L'Église du Progrès : religion technocrate officielle et surtout unique, l'Église du Progrès fait l'apologie de la technologie comme instrument sacré de la survie de l'Homme. Elle voit dans le Progrès une force primordiale et supérieure, douée et animée d'insondables volontés dont elle seule prétend percevoir des fragments. Elle met cette sagesse au service de la Trinité et du peuple. L'Église totalise et régit le savoir recherché, consigné, inculqué ; autant de sujets de désaccord entre son clergé et l'Académie, qui produit effectivement la recherche et l'enseignement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Babylone : dernier bastion de l'humanité
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Babylone : qu'es aquò ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CODEX :: L'univers-
Sauter vers: