AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 L'Église du Progrès

Aller en bas 
AuteurMessage
La Machine
Admin
La Machine



L'Église du Progrès Empty
MessageSujet: L'Église du Progrès   L'Église du Progrès EmptyMer 22 Juin - 13:58

L'Église du Progrès Eglise10

"Le triomphe du Progrès n'est pas la quête apologique du Savoir, car elle soumet l'esprit à la soif. C'est d'enseigner la raison nécessaire à l'humilité face au Savoir pour en faire Technique."
- Maxime IXème de l'Église du Progrès


L'Église du Progrès s'est érigée au rang de religion officielle unique dans le désarroi et le désespoir qui noyaient Babylone suite au Cataclysme. L'Homme avait besoin de croire non pas en l'Homme mais en quelque chose d'infiniment plus grand pour promettre se promettre sa survie. Face à l'effondrement du savoir - pilier du monde des hommes - les croyances se tournèrent vers la technologie : elle qu'on ne comprenait plus, qu'on ne savait plus comprendre mais qui faisait les miracles, détenait les solutions, toutes les clés de toutes les portes soudain refermées, comme des arcanes ésotériques, des baguettes magiques pour accomplir l'impossible, penser l'impensable. Aujourd'hui, l'Église trône sur ces croyances : leurs fruits autant que leurs mystères.

Pour toute valeur morale absolue, le clergé transmet l'obéissance à l'Ordre établi. Le déchaînement de l'esprit, l'orgueil face au Progrès, fit la perte de l'Homme, causa la chute de la civilisation ; l'Église élève le Progrès comme puissance supérieure gouvernant l'univers, ordonnant le cosmos et les mondes, traçant les lignes que suivent les espèces et les civilisations vers leur futur. Avoir la prétention d'aller plus vite que la marche dictée par le Progrès - dictée par l'Église - est pécher par fierté égoïste, car c'est en suivant le cours du Progrès, non plus comme émanant de Nous, mais comme guidance universelle, que la civilisation retrouvera le cours duquel elle dévia et qui mena au Cataclysme. Alors l'Homme sera promis à la réalisation de sa destinée. La Technologie n'est que la Main du Progrès, son empreinte sur le Destin et la vie de chacun.

La Connaissance et la Technologie sous toutes leurs formes sont sacrées et leur utilisation doit être la preuve d'une grande sagesse, régulée par l'Église, dont le devoir est d'accompagner les pas hasardeux d'une humanité errante vers la rédemption et la réconciliation avec le Progrès. Ce qu'elle n'a pas en spiritualité, l'Église le compense en pensées éminemment complexes pour justifier le contrôle qu'elle exerce dans tous les aspects de la vie de Babylone. Ceux qui n'étaient que de vagues prophètes ont été remplacés par des Cardinaux au service du Très Exalté Gardien des Rouages, dictant leurs volontés à travers les Hauts Prêtres et autres serviteurs du Progrès.

À travers les nefs, dans les chapelles des Chapitres dispersés dans les secteurs de toutes les plateformes, jusque dans les rues, l'Église fait chanter et célèbre la Technologie et le Savoir mais aussi le Feu et la Machine comme l'apogée du Progrès.



________________________________________________________________________________________
Opposition et hérésie


Les textes et les dogmes de l'Église du Progrès ont largement été débattus au fil des siècles, par ses propres ecclésiastes pour commencer, d'autant qu'elle porte en elle sa propre contradiction, souveraine de l'Ordre établi, à l'encontre même de l'idée de progrès. Cette idée du progrès est incarnée par l'Académie, à la tête des écoles et des université de Babylone. Contrairement à l'Église, l'Académie ne se donne pas en spectacle et n'a pas la même influence dans les sphères du pouvoir, mais sa place y est assurée tout comme auprès du peuple, en ce qu'elle est essentielle par sa mission : accumuler, préserver et transmettre les connaissances.

Là où l'Église s'accroche aux technologies existantes comme à des vestiges de l'Ancien Monde, l'Académie encourage le développement de la recherche. Elle se positionne en concurrence directe avec l'Église pour le monopole du savoir, ce qui conduit paradoxalement les deux institutions à œuvrer de concert à défaut de marcher main dans la main, chacune manœuvrant pour avoir la main dans tous les champs disciplinaires.

C'est le cas pour la maîtrise du Réseau, même si officiellement, cette prérogative relève de l'Église. De folles rumeurs, uniquement connues des rares initiés du monde informatique, prétendent, à demi-mots, que le Réseau permettrait de retrouver des connaissances perdues de l'Ancien Monde, mais l'Église condamne vivement de tels blasphèmes. D'une manière générale, relève de l'hérésie toute tentative visant à récupérer de tels savoirs sans l'accord et le contrôle de l'Église.

C'est l'un des arguments principaux ayant servi à évincer du paysage toute autre forme de croyance, jugée hérétique car elle implique nécessairement des pensées voire des pratiques en dehors du consensus scientifique établi par l'Église, perçues comme une incitation à la déviance : toutes quêtes du savoir non approuvées par le Progrès sont autant de pas possibles vers un nouveau Cataclysme. L'Inquisition traque ainsi sans relâche les hérétiques, mais tout comme le pouvoir, l'autorité et l'influence de l'Église décroissent significativement dans les plateformes inférieures, en particulier dans certains secteurs ouvertement hostiles à l'Église...



________________________________________________________________________________________
Hiérarchie

  • L'Église du Progrès est dirigée par le Très Exalté Gardien des Rouages, qui siège à l'Eden dans la Grande Cathédrale-Machine.
  • Il est secondé par 3 Cardinaux, choisis à sa discrétion parmi les Hauts Prêtres, selon ses propres critères.
  • En comptant le Très Exalté et ses Cardinaux, il y a un Haut Prêtre par plateforme, ce qui laisse 11 Hauts Prêtres en place dans la hiérarchie, chacun à la tête d'un Chapitre. Tout comme les plateformes sont relativement autonomes, chaque Chapitre a ses us et coutumes, largement influencés par le Haut Prêtre en place.
  • Le reste du clergé est constitué des effectifs nécessaires à l'administration et l'ouverture des lieux de l'Église : les cathédrales et les chapelles emploient plusieurs prêtres et bon nombre d'initiés ayant fait leurs classes et leurs preuves au sein du clergé.
  • Les prétendants au clergé sont nommés novices et suivent des classes pour apprendre le dogme et les textes de l'Église, avant de se voir confier des missions de toute sorte en fonction de leurs résultats mais aussi de leurs aspirations, minutieusement examinées par les prêtres qui les ont en charge.


________________________________________________________________________________________
Dogme et missions


Le Progrès n'est pas une entité mais dispose de sa propre volition. Il ne peut être perçu par Nous qu'en ces termes, car il est une force primordiale et transcendante, gouvernant le cosmos, manifestée à Nous par sa volonté à travers notre destinée de civilisation. Sa puissance mouvante n'est pas unique mais triple : trois comme le chiffre le plus sacré de l'Église, trois le chiffre premier indivisible, trois pour un pas en arrière, un en avant, et un toujours plus loin, trois car l'équilibre doit être atteint avant de tendre vers le Progrès, que l'Histoire ne soit pas immuable face à l'éternel, dans le respect de l'Ordre établi par le trois. Ainsi entendons-nous le Progrès dans le Principe du Savoir et de la Technique, le Principe du Feu Sacré et le Principe de la Divinité-Machine.

Notre Église glorifie les technologies héritées de l'Ancien Monde : ce sont nos reliques sacrées, les artefacts de l'Ancien Monde ou leurs descendants que nous nous sommes appropriés par la volonté du Progrès, légués par nos ancêtres. Par le Principe du Savoir et de la Technique, l'Église construit musées, galeries et grandes vitrines pour les présenter aux fidèles, glorifiant les bienfaits du Progrès tout en rappelant les écueils, les fossés, les vides impossibles à combler dans l'Histoire de la connaissance : cette impossibilité pour les babyloniens de regagner le savoir perdu de l'Ancien Monde, les pans de compréhension obscurcis voire opaques qui entourent ces technologies, doit servir d'avertissement constant pour empêcher que survienne un nouveau Cataclysme.

Pour une grande partie, le clergé manie la peur avec conviction : c'est l'instrument nécessaire pour asseoir le contrôle de l'Église et poursuivre sa sainte mission de protection de l'humanité. C'est le Principe du Feu Sacré, qui donne naissance à la Technique et la nourrit, qui purge tout ce qui est superflu, efface les erreurs du passé et brûle l'audacieux, condamne les déviants. Le Progrès a éloigné l'humanité de certaines vérités ; il doit en être ainsi. Notre Église édicte régulièrement de nouveaux péchés pour condamner toute forme de progrès qu'elle n'approuverait pas ou ne contrôlerait pas. Nous avons nos propres agents et forces armées pour défendre nos lieux, et avons la prérogative de saisir des forces de frappe au sein de la police pour contrevenir aux déviances majeures. Par le Principe de la Divinité-Machine, nous sommes les gardiens des anciennes machines et machines de guerre, qui font les miracles comme les châtiments dispensés par le Très Exalté et ses Cardinaux.

Notre glorieuse Église contrôle le Réseau et n'en fait pas secret : le Réseau fut créé sur les pierres fumantes d'une technologie antique majeure. Il est primordial pour la vie de la Tour mais sa maîtrise est dangereuse et relève exclusivement de l'Église. Enfin, l'Église interprète les volontés du Progrès en interrogeant ses Schémas, qui produisent le Destin des babyloniens. Nombreux sont les fidèles à venir nous trouver pour recevoir la sagesse du Progrès et préparer le cours de leur vie, car dans les lignes des Schémas, tout est déjà tracé.


L'Église du Progrès Eglise14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'Église du Progrès
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CODEX :: L'univers-
Sauter vers: